hygiène de vie

Après le Hygge, voici le Lagom

La rentrée est déjà bien loin et les prochaines longues vacances le sont aussi … et pourtant de plus en plus de personnes se plaignent d’un niveau de stress hyper élevé …

Retrouver un rythme actif sans que la tension nerveuse ne prenne le dessus est parfois difficile. Outre le travail, les mois de septembre et octobre marquent souvent le redémarrage des activités. C’est aussi le moment des bonnes résolutions : éviter les plats tout préparés, être mieux organisé, débuter une activité sportive ou participer à une association… Enfin, si vous avez des enfants, s’ajoutent les activités extra scolaires etc

Bref, de quoi rapidement perdre les bienfaits du repos estival et se laisser regagner par le stress. Heureusement, il existe des solutions… notamment inspirées par la Suède. Selon une enquête annuelle de l’Organisation des Nations unies, ce pays arrive régulièrement en tête du classement World Happiness Report qui mesure le niveau de bonheur dans le monde. « Ni trop ni trop peu, juste bien c’est mieux » : cet adage est celui du lagom, la philosophie de vie partagée par les Suédois. Le secret d’une vie moins stressée ?

Qu’est-ce que le stress ?

Ce qu’on appelle « stress » résulte en fait de notre capacité à nous adapter pour répondre à un danger. Ainsi, chaque fois que l’on se trouve dans une situation nécessitant une adaptation, notre corps réagit par des modifications hormonales et nerveuses. Le cerveau stimule l’hypothalamus, ce centre de nos émotions, qui va ensuite commander aux glandes surrénales de libérer des hormones dans tout le corps : cortisol, adrénaline et noradrénaline. Celles-ci entraînent une réaction en chaîne : la fréquence cardiaque augmente, la respiration se fait plus saccadée, les muscles sont mieux irrigués par le sang, et les organes – cœur, poumons – sont mis sous tension.

Si ces phénomènes sont utiles en cas de danger, ils peuvent épuiser le corps et l’esprit lorsqu’ils deviennent chroniques, car l’immunité baisse. C’est là qu’apparaissent les troubles du sommeil, les manques de concentration et de motivation. En matière de stress, il est plus facile de prévenir que de guérir. Nous avons donc exploré cinq façons – du sommeil à la pratique d’une activité physique en passant par une bonne immunité – de mettre toutes les chances de notre côté pour le tenir à distance et rester actifs et détendus toute l’année.

Et en Suède… Un modèle d’équilibre par la sobriété

Le lagom suédois est un état d’esprit fondé sur la sobriété, la simplicité et le partage. Ce mode de vie, en visant le juste équilibre, pousse à éviter toutes sortes d’excès, souvent sources de stress. Les Suédois partent du principe que nous savons comment trouver cet équilibre en identifiant et en faisant confiance à nos vrais besoins. Adopter une approche lagom, c’est mettre en place une bonne répartition entre travail et vie personnelle, c’est retrouver le goût des produits simples et sains en cuisine et faire entrer la nature dans son quotidien, même si l’on n’est pas fermier. Cette philosophie s’applique à de nombreux gestes antistress.

 

Quelques trucs pour entrer en mode Lagom

#1 Être « juste assez bon »

« Dans nos sociétés actuelles, on ne cesse de nous vanter des buts et des objectifs à atteindre. On nous assène qu’on peut tout avoir (…) L’esprit lagom ne consiste pas à rechercher la perfection, mais la juste mesure, » explique Anna Brones. Cela consiste à ne plus se comparer aux autres, ne plus assimiler la lenteur à l’ennui, ne plus donner tous ses points de vie au travail. En Suède, dans l’entreprise, on privilégie ainsi le travail collaboratif : peu importe qui l’a fait, c’est le résultat qui compte. Ce qui évite bien des rivalités et burn out. Hélas, ce n’est pas le cas ici. Ce qui n’empêche pas d’entrer en résistance lagom : on fait les choses, mais point trop n’en faut.

#2 Faire des « pauses fika » au travail

La fika est une pause suédoise institutionnalisée dans toutes les entreprises, qui lui consacrent même une pièce dédiée : la fikarum. Elle consiste à faire deux coupures, en fin de matinée puis en début d’après midi, afin de prendre un café et grignoter avec ses collègues. Dans la vision du travail suédoise, elle est garante du bien-être des salariés, et donc d’une plus grande efficacité. Durant la pause fika, interdit de discuter des dossiers, on badine pour s’aérer la tête. Hélas, elle est courte : entre 10 et 15 minutes. Mais c’est typiquement lagom ce « ni trop peu, ni trop ». Reste à convaincre le boss d’organiser des pauses goûter.

#3 S’aménager un espace « misyg »

lagom6Est « mysig » tout ce qui est accueillant et épanouissant, à commencer par la maison, lieu privilégié pour se ressourcer. Un soin particulier est apporté à l’éclairage, qui doit être relaxant, et pas éblouissant. Pour encourager les échanges, on bannit aussi le canapé tourné vers la télé, remplacé par des fauteuils disposés autour d’une table basse. Mais surtout, « nos vies sont chargées, nos intérieurs aussi » constate Anna Brones. Or le lagom enjoint à se désencombrer pour « identifier les choses que nous aimons et qui nous servent. » Bref, on arrête d’accumuler pour privilégier le fonctionnel et la qualité, avec un peu de vide pour se vider la tête.

#4 Investir dans une garde robe lagom

Comme pour la déco, un dressing lagom comporte des pièces qui nous ressemblent, de qualité et en quantité raisonnable. « La fast fashion avec ses prix dérisoires qui poussent à la surconsommation est l’antithèse même d’une garde robe lagom« , explique Anna Brones. « Au lieu d’une garde robe dictée par les tendances, trouvez le style dans lequel vous êtes bien. » Et donc, au lieu d’acheter 5 pantalons pas chers, préférez un pantalon ultra bien coupé, qui dure longtemps. « Renouvelez votre garde robe parce qu’elle s’use, et non pour suivre les caprices de la mode. » Oui, le lagom est très éco-responsable.

#5 Manger comme un Suédois serein

lagom5.png

Là aussi, le lagom n’est pas copain avec la malbouffe. « La cuisine suédoise repose sur l’utilisation d’aliments non transformés, de produits frais et locaux. Adoptez votre garde manger à la région dans laquelle vous habitez, » conseille l’auteure. Bref, consommer locavore, pour faire du bien à la planète. Ce qui n’empêche pas les petits plaisirs. Les Suédois raffolent de l’aquavit, alcool national, et des gâteaux maisons chargés en sucre réconfortant. Donc il ne s’agit pas de se priver, mais de manger sain, sans oublier de se faire plaisir « juste ce qu’il faut. »

#6 Apprendre le ici et maintenant

« On a tendance à réduire le lagom à une forme d’ascèse et de renoncement. Mais pratiquer la modération, c’est apprécier ce que l’on a plutôt que ce que l’on n’a pas, » note l’auteure. L’esprit lagom, c’est donc se détacher des choses matérielles, pour s’ancrer dans le moment présent, et ne plus se fixer des objectifs inaccessibles « qui finissent par nous obnubiler et nous empêcher de vivre. » Être lagom, c’est aussi se débarrasser de tout ce qui encombre l’esprit : regrets, colère, frustration. Ce qui passe aussi par quelques heures de déconnection chaque jour et des liens sociaux entretenus dans la vraie vie plutôt que sur Instagram.

#7 Se reconnecter avec la nature

lagom 1.jpg

« De plus en plus d’études mettent en garde contre le manque d’exposition aux espaces naturels, » rappelle Anna Brones, qui évoque un nouveau mal : le « trouble du déficit de nature. » Ce qui n’arrivera pas aux Suédois, qui passent leur vie dehors. Même après le bureau, ils filent marcher une bonne heure, au vert. Mais pas besoin de vivre à la campagne pour recharger son énergie mentale. Même faire un tour dans la ville, ou mieux, au square d’à côté, régénère. Et le week-end, filer contempler les couleurs automnales dans un coin de nature. Pour garder la pêche psychique, il parait que c’est mieux que n’importe quelle séance de fitness dans une salle sentant le renfermé.

#8 Vivre mieux avec moins

« Mener une vie plus équilibrée, c’est avant tout vivre de façon plus durable, » écrit l’auteure. Avoir un bon karma lagom passe donc par les règles écologiques de base : réduction de ses déchets, achats d’occasion, économie d’eau et d’énergie, recyclage. Ainsi, on réapprend à faire quelque chose de ses dix doigts, par exemple en transformant une pile de vieux sweat-shirts en couverture patchwork (ce temps passé à essayer de faire un truc pas trop moche sera autant de temps passé loin des magasins). « Vivre lagom, c’est trouver le bonheur non pas dans les biens matériels ou dans la réussite sociale, mais en ayant une existence harmonieuse. »

quelques références sur le sujet :

lagom 3.png

sources

planteetsante.fr

glamourparis.com  – Anna Brones

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s