bowen

La Fibromyalgie


La fibromyalgie – quelques pistes

1/ Qu’est-ce que la naturopathie & la méthode bowen peuvent apporter aux malades atteints de fibromyalgie ?

2/ Quelques témoignages de patients suite à une seule séance Bowen

3/ Comment décoder cette maladie ?

4/ Le gluten

1/La naturopathie & la méthode Bowen

La naturopathie apporte une aide aux personnes atteintes de fibromyalgie quel que soit leur âge. Après avoir établi un bilan de vitalité, le naturopathe accompagne les malades à changer leurs habitudes de vie et les aider à équilibrer leur alimentation. il donne aussi des conseils dans les domaines suivants : purification de l’organisme, la perte de poids, amélioration de la fonction digestive etc

La méthode bowen est une méthode neuromusculaire douce, qui grâce aux manipulations fines et aux longues pauses, permettra au corps de s’autoréguler. un drainage des toxines se fait grâce à cette méthode et cela favorise une relaxation générale, ainsi qu’une diminution des douleurs

2/ Témoignages de patients suite à une seule séance bowen

* ton traitement m’a fait un bien énorme au dos, au cou, au bras : bref à tout ce qui n’allait pas MERCI

* (…) j’aimerais faire un feedback de la méthode Bowen:

Physiquement, les changements s’opèrent également mais de manière plus subtiles, j’ai l’impression. J’ai d’abord vécu un we sans douleurs (presque aucune à l’horizon) (…). Puis j’ai vécu un mardi désastreux en termes de respect de mes limites. Je vous laisse imaginer mon état mardi soir et mercredi au réveil. Mercredi je me suis dit « tu ne pourras jamais aller au boulot ». Les bienfaits ne se faisaient plus ressentir. Je me suis occupée du petits le matin et suis allée travailler. Mercredi après-midi j’avais complètement oublié mon matin ! et je me sentais bien.

Mes douleurs sont toujours quotidiennes mais de passage, elles ne s’installent plus pour une période….longue ou très longue (…)

Tous vos conseils alimentaires me conviennent parfaitement, c’est d’ailleurs fort proche de ma réalité quotidienne en tout cas en ce qui concerne l’alimentation méditerranéenne (…)
N’hésitez pas à me contacter pour un bilan de vitalité et/ou une séance bowen

3/ Le décodage de cette maladie selon Ananda Meyers

Les fibromyalgiques sont souvent des personnes plus que courageuses, trop gentilles, trop bonnes, trop généreuses. En majorité, il s’agit de femmes, bien que les hommes puissent également en être atteints. Etant dévalorisées à l’extrême, elles paient n’importe quel prix pour avoir quelques miettes d’amour. Seules, isolées, même et surtout si elles ont une entourage, leur corps ne fait qu’exprimer leur immense souffrance morale. La douleur morale intense est le commun dénominateur de tous les cas. Elles ont donc, dans un premier temps, besoin d’être écoutées et entendues.

Un de leurs grands drames est d’être incomprises car la fibromyalgie est la maladie « façade » par excellence : elles arrivent toutes avec le sourire, charmantes, soignées, voire coquettes. Dehors, tout semble aller bien, dedans, tout s’écroule. N’ayant aucun symptôme physique, sauf de rares cas accompagnés de problèmes articulaires, agissant comme si de rien n’était, leur entourage ne comprend rien et ne tient pas compte de leurs souffrances, douleurs, fatigue extrêmes.

Bien sûr, elles se plaignent un peu (si peu) mais les apparences sont tellement trompeuses que les proches n’y voient que du feu et ne leur viennent guère en aide. Cependant, pour chaque effort réalisé (porter le sac à provisions ou le pack d’eau, pendre la lessive,…), elles paient le prix fort : la souffrance se décuple pour quelques heures, jours, voire semaines, et la fatigue aussi.

Cinq conflits

Très souvent, il leur faut de longues années avant d’avoir un diagnostic, pour s’entendre dire que c’est incurable. Si la médecine conventionnelle ne parvient guère à les secourir, en décodage, nous avons bien des cas de guérisons complètes. Les conflits invariants de la fibromyalgie sont au nombre de cinq : dévalorisation profonde, impuissance, chute verticale, séparation, souffrance/ douleur morale incommensurable. Autrement dit, ce type de thèmes se retrouveront systématiquement, en même temps ou séparément, dans les drames familiaux et personnels de ceux qui sont atteints de cette pathologie. Les maladies sont comme les pissenlits : si vous arrachez la mauvaise herbe sans éliminer la racine, vous avez la garantie d’avoir bientôt un nouveau pissenlit.

Un travail complet et sérieux en décodage consiste donc toujours – au minimum – en l’étude des racines du problème (psychogénéalogie et projet périnatal, également nommé projet-sens) où résident les causes cachées du déroulement de nos vies, et d’une étude des événements de vie (programmants et déclenchants) afin, bien sûr, de comprendre, résoudre, changer de regard et évoluer.

Ouvrir le barrage, laisser couler tant de douleur contenue amène une atténuation graduelle des symptômes.

Les thèmes de leur vie sont très lourds :

Les morts sont plus aimés que les vivants.

La séparation définitive de l’être sans lequel on ne peut vivre

La calomnie, la diffamation, la dévalorisation grave, les injures, la violence verbale

Le contact long (mariage, travail) avec de vrais manipulateurs qui les détruisent à petit feu

Les coups et blessures, menaces de mort, l’obligation d’obéir sous la menace

L’inceste, le viol, les sévices sexuels

Ces personnes sont tellement dévalorisées qu’elles ne réalisent pas que ce qu’on leur fait subir est inadmissible. Souvent apparaît aussi le thème de n’être pas dans la bonne direction, de vivre une vie qui ne correspond pas à leurs aspirations.

Mémoires généalogiques

Comprendre le sens de leur maladie, découvrir les causes profondes de leurs souffrances (psychogénéalogie, projet-sens) permet de déposer le fardeau.

Les mémoires généalogiques sont toujours excessivement dramatiques :

Camps de concentration ou de travail

Expérimentation sur l’humain dans les camps nazis

Enrôlement de force dans l’armée ennemie et obligation de tuer les siens

Morts très violentes

Deuils jamais faits d’un enfant, d’un conjoint

Vexations terribles, lynchage, torture

Horreurs de guerre

« Cendrillon », esclave

Exclusion, rejet total, vexations (tout le monde a de la viande au repas, sauf elles)

Jalousies féroces

Malversations financières

Violences, coups, blessures, menaces, tirs

Infidélité

Pauvreté extrême

Menace de guerre, guerre

Accouchements atroces

Ecroulement des rêves d’amour

Séquestration pour cacher

une grossesse

Abandon (passif ou actif)

Pour guérir

Les projets-sens ne sont que la continuité de ces thèmes.

Pour guérir, le fibromyalgique devra :

Arrêter d’être un « paillasson » (c’est l’expression d’une consultante complètement guérie)

Développer un véritable amour de soi et une haute estime de lui-même qui lui permettra de gérer la frontière entre la gentillesse et l’excès de bonté

Apprendre à dire non et à mettre des limites afin de se respecter lui-même et d’obliger les autres à le respecter

Comprendre qu’il a droit au bonheur et au respect

Parfois, changer de situation de vie. Dans ce cas, si la personne ne le fait pas, il y a amélioration mais pas guérison complète.

Dans l’ensemble des personnes qui ont fait, avec moi, un travail approfondi et complet en décodage, le pourcentage de guérisons à long terme est de l’ordre de 80 %. Telle Marijke qui, toutes douleurs et fatigue disparues, a fait avec son mari les travaux de maçonnerie de leur nouvelle maison, tout en reprenant à temps plein son métier et son rôle de mère de famille. Elle est guérie depuis 2003.

Certaines personnes gardent 20 à 30 % de symptômes car le retour à la santé induit la perte de leur pension d’invalidité ou la reprise d’un métier détesté. D’autres encore annulent très vite leurs rendez-vous : souvent, sous l’influence du conflit de diagnostic, elles ne croient pas en leur possible guérison ou bien n’ont pas le courage d’affronter leurs souffrances. Dommage, car la fibromyalgie est une maladie où le retour à la santé est simple et exempt de toute complication. C’est un cheminement graduel vers une vie douce et paisible, remplie d’énergie et de bien-être.

4/Un article scientifique qui démontre que la fibromyalgie peut être mise en rémission par l’abandon du gluten

Pour lire le résumé de l’article en question:
http ://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24728027

Une autre étape extrêmement importante vient tout juste d’être franchie en avril 2014. Il s’agit d’un travail de recherche qui démontre que 20 patientes, gravement atteintes de fibromyalgie et chez qui la présence de la maladie coeliaque avait été exclue, ont pu recouvrer la santé suite au suivi d’une diète sans gluten (+ sans produits laitiers pour huit d’entre elles). Ces patientes étaient âgées en moyenne de 46 ans et la durée moyenne de leur maladie était de 11.9 ans, Quinze d’entre elles ont obtenu une rémission totale, elles ont pu retourner au travail et mener une vie normale sans aucune douleur. Les cinq autres patientes, même si elles n’ont pas obtenu la rémission totale de leur maladie, ont toutes amélioré leur qualité de vie : moins de douleur, moins de fatigue, moins de problème digestifs et de dépression; deux d’entre elles sont retournées au travail, deux ont pu retrouver une vie active et/ou normale alors qu’une seule a continué d’avoir une vie limitée. Ces résultats positifs dus à la diète sans gluten ont pu être observés à l’intérieur d’une période de 5 à 8 mois chez huit patientes alors que les douze autres patientes ont dû suivre la diète sans gluten pendant 16 à 31 mois pour en obtenir lentement et graduellement les bénéfices. Lorsque l’on a réintroduit le gluten dans la diète de 8 des 20 patientes, ces dernières ont vu leur état clinique se détériorer alors que leur état s’est amélioré à nouveau lorsqu’elles ont cessé de consommer du gluten.

En conclusion, les auteurs de l’article affirment qu’ils sont les premiers à publier un travail de recherche qui démontre qu’une diète sans gluten peut permettre la mise en rémission de la fibromyalgie prouvant ainsi que le gluten est un agent causal de cette maladie. Historiquement, le Dr Jean Seignalet avait déjà démontré entre 1985 et 2003, qu’une diète qu’il qualifiait d’hypotoxique (sans gluten, sans produits laitiers, sans sucre raffiné, incluant des protéines animales cuites à moins 110°C) était très efficace pour traiter les patients atteints de fibromyalgie : il avait obtenu une mise en rémission complète chez 58 des 80 patients atteints de fibromyalgie, qui avaient respecté correctement la diète hypotoxique, une rémission à ≥ 90% chez 10 patients, une rémission à ≥ 50% chez 4 patients alors que la diète avait été un échec chez les 8 derniers patients. Le Dr Seignalet affirmait d’autre part, que les effets favorables suite à sa diète étaient perçus après seulement quelques semaines chez certains patients alors que chez les autres, les effets positifs apparaissaient progressivement à partir d’un délai de 3 mois à 2 ans. Il faut préciser que selon ses écrits, un délai de 2 ans n’aurait été observé que pour un seul patient sur l’ensemble de tous ceux qu’il a traités quelle que soit la maladie traitée. Il précisait de plus, que lorsqu’il y avait entorse au régime, des symptômes modérés de fibromyalgie pouvaient resurgir. Le régime devait être poursuivi pour que la maladie soit maintenue en état de rémission.

En se basant sur les résultats obtenus par le Dr Seignalet et sur les témoignages reçus sur le blog de jacquelinelagace.net ainsi que verbalement, il apparait qu’en suivant la diète hypoxique, les patients atteints de fibromyalgie répondent généralement beaucoup plus rapidement à cette diète que les patientes citées dans l’article publié récemment. Cette différence peut peut-être s’expliquer par la possibilité que le gluten, tout en pouvant être la cause première des maladies d’inflammation chronique telle la fibromyalgie, n’en soit pas la seule cause dépendamment des individus. D’autres aliments, principalement le lait (on avait retiré cet aliment chez 8 des patients de l’étude citée), le sucre raffiné, les protéines animales cuite à plus de 110°C et les glycotoxines, pourraient jouer vraisemblablement un rôle secondaire bien que non négligeable, dans le déclenchement et le maintien des maladies d’inflammation chronique ; il a par ailleurs été établi que les prédispositions génétiques des individus jouent également un rôle essentiel dans le développement des maladies d’inflammation chronique. La mise en rémission de la fibromyalgie due à la diète hypotoxique est probablement facilitée par l’élimination d’un plus grand nombre d’aliments pro-inflammatoires, ce qui favoriserait une mise en rémission plus rapide des maladies d’inflammation chronique. Il faut également considérer que dépendamment de nos caractéristiques génétiques, d’autres aliments non recensés dans la diète hypotoxique peuvent être également impliqués dans le déclenchement et la persistance des maladies d’inflammation chronique, y compris la fibromyalgie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s